Togo: un monument de l’indépendance érigé au carrefour de l’Union à Tsevie, Une œuvre de l’artiste Ake O’lokan

 Togo: un monument de l’indépendance érigé au carrefour de l’Union à Tsevie, Une œuvre de l’artiste Ake O’lokan

L’OEIL D’AFRIQUE, le 27 Avril 2024
+22890214293 /92178279

Ce 26 Avril 2024 à Tsevie, dans la préfecture du Zio, veille de la célébration de cette fête de libération du peuple togolais, une merveilleuse stèle a été inaugurée, érigée au carrefour de l’union. Ce carrefour, pour ceux qui le connaissent, fait peau neuve, pour une bonne cause : incarner une certaine représentativité de la culture nationale. Ainsi, cet incontournable carrefour du chef lieu de la région maritime, vient d’être immortalisé dans l’esprit d’unité, par des ouvrages d’art faits de représentation de personnages d’origine diverse. Des êtres de toute obédience culturelle, miroir de la cité togolaise ont été reproduits, en guise à l’unité nationale.

Une certaine élévation de la pensée urbaine qui permet à chacun de se retrouver comme concerné par l’intérêt national. Cette initiative est celle des fils et filles de la localité, qui se veulent plus que jamais promoteurs des valeurs d’unité nationale, joyau artistique dont le Maître d’ouvrage est la Mairie de la commune Zio1.

Interprétant l’hymne national, le Préfet de Zio, ETSE Kadevi (au milieu) entouré de l’artiste Ake Olokan et le Maire Zio1

Par ce monument, la capitale administrative de la région maritime vient de mettre en exergue toutes les dimensions de la richesse du peuple, richesse qui se mesure dans sa capacité à produire, dans sa capacité à relever le défi. Et c’est dans cette logique que l’on peut comprendre la production artistique qui vient de faire l’objet d’inauguration par le Préfet de Zio, ETSE Kadevi.

Cette date se veut dans la magie du temps, comme étant celle de l’anniversaire du peuple du Togo, et dont la commémoration en donne toute la dimension, dimension que reflète l’ouvrage artistique fait de mains de maître par l’artiste Ake O’lokan qui, à l’instar des pères de l’indépendance, rappelle tout le symbolisme de cette date, pour promouvoir la solidarité et l’unité nationale à Tsevie.

Une œuvre noble et très jolie qui remplit un vide émotionnel et remplace pour la circonstance, l’absence de repère et de lisibilité apparente de la culture du milieu, comme pour demander à la jeunesse de s’orienter dans l’union fédératrice des nouvelles énergies à même de relever les défis à chaque niveau d’engagement sociétal, de sorte que cette ressource reste la racine, une racine importante propre à toute nation qui marche vers ce large future, sans oublier ses origines, son identité, une identité sans laquelle elle peut être déconnectée des énergies, des ressources supranaturelles… Du point de vue métaphysique, cette création converge, en ce sens qu’il est au plus grand carrefour de l’artère principale de la ville de Tsevie, converge ainsi, le regard positif sur cette millénaire jadis grand point de ralliement des croisades mercantiles post coloniales. Tsevie prend donc à bras le corps, toute la mesure de cette création et va donc y trouver une source de projet de prospérité, avec l’aide de tous, sans exception.

Kossi Ayegnon, Journaliste Expert CFI Média

L'OEIL D'AFRIQUE

Articles Connexes

Laisser un commentaire