Togo: Loi des finances 2024, les opérateurs économiques s’imprègnent

 Togo: Loi des finances 2024, les opérateurs économiques s’imprègnent

L’OEIL D’AFRIQUE, le 10 Février 2024
+22890214293 /92178279

Devenue une tradition pour la compagnie consulaire, les opérateurs économiques togolais ont été une fois encore, en début d’année conviés pour porter à leur intention les dispositions et détails de la loi des finances 2024, telle qu’adoptée par l’Assemblée Nationale.
Débutée depuis le mardi 06 Février, la rencontre de ce jeudi 08 Février a été honorée de la présence particulière de la présidente de la CCI Togo, Mme Nathalie BITHO, qui dans son intervention, n’a pas manqué de préciser sa profession d’origine, Expert comptable a-t-elle affirmé, comme pour dire qu’elle apprécie à sa juste valeur, la nécessité et l’importance de l’initiative.
Selon ses propres dires “la tenue de cette formation est extrêmement importante parce que la loi des finances chaque année permet à l’Etat de terminer son budget, et ce budget on le prend sur les impôts que les uns et les autres vont payer, que ce soit l’opérateur économique ou le citoyen lambda. Nous savons qu’au Togo, au niveau des opérateurs économiques, il y’a une certaine faiblesse dans la comprehension de la loi de finances parfois par ignorance ou par oubli. Ce pourquoi, à mon arrivée à la Chambre de commerce, j’ai estimé qu’il serait bien que chaque année on puisse sensibiliser, former ou instruire les opérateurs économiques qui sont justement membres de la CCI Togo, sur les implications de la loi des finances pour leurs entreprises.” a été expliqué.

“L’entreprise face à la loi des finances,” comme thème de la formation, s’inscrit dans la logique d’aider le chef d’entreprise à mener une année fiscal apaisée.

En effet, le budget 2024 du Togo, tel qu’élaboré et adopté le 22 Décembre 2023 connait une augmentation de 10,3% par rapport à l’exercice 2023 et passe pour la première fois le cap symbolique des 2.000 milliards de francs CFA. Le budget de l’Etat, exercice 2024 s’équilibre en ressources et en charges à 2.179,1 milliards de francs CFA. Il est composé de recettes et de dépenses budgétaires, de ressources et de charges de trésorerie ainsi que de recettes et de dépenses des comptes spéciaux du Trésor, selon les détails ci-après :

  • Des recettes budgétaires à 1.279,1 milliards de francs CFA en augmentation de 6,2% par rapport à son niveau de 2023 ;
  • Des dépenses budgétaires à 1.636,3 milliards de francs CFA en augmentation de 4,1% par rapport à son niveau de 1.572,3 milliards de francs CFA dans la loi de finances rectificative 2023 ;

Ainsi, il en résulte des opérations budgétaires un déficit de 357,2 milliards de francs CFA représentant 5,9% du PIB contre 6,6% en 2023. Le déficit budgétaire sera entièrement financé par l’excédent des opérations de trésorerie de 357,2 milliards de francs CFA ;
Le solde excédentaire de trésorerie pourra ainsi entièrement financer le déficit budgétaire grâce aux levées de fonds mobilisés essentiellement sur le marché sous-régional.
Pour TCHEOU Lamplane Boris, le formateur, l’opérateur économique a tout à gagner en s’informant sur les nouvelles dispositions de la loi, pour éviter de se tordre le cou, et ensuite se faire aider ou assister puisque la plupart ne maîtrise pas la gestion de la chose fiscale, pour ne pas tomber dans des erreurs.

L'OEIL D'AFRIQUE

Articles Connexes

Laisser un commentaire