Reddition des comptes : La KAS, la FCT et la CNSC renforcent les aptitudes des élus pour plus d’efficacité et d’efficience dans leur mission

 Reddition des comptes : La KAS, la FCT et la CNSC renforcent les aptitudes des élus pour plus d’efficacité et d’efficience dans leur mission

L’ŒIL D’AFRIQUE, le 09/08/2022

+22890214293/92178279

Le Togo est rentré, depuis les élections communales de 2019, dans l’ère de la décentralisation effective. Les élus sont appelés à gérer des ressources collectées auprès des contribuables notamment les taxes et redevances communales. Cependant, les populations qui cotisent sont-elles suffisamment informées de l’utilisation faite de leurs contributions ?

“La reddition des comptes”, cet instrument qui vise à renforcer la légitimité donnée aux élus par le peuple, est la thématique centrale autour de laquelle s’ouvre ce 09 août 2022 à Lomé, un atelier regroupant une trentaine d’acteurs élus locaux, parlementaires, et ceux de la société civile.

Prévue pour trois (03) jours, cette rencontre organisée par la Konrad Adenauer Stiftung, en partenariat avec la Concertation Nationale de la Société Civile (CNSC) au Togo et la Faitière des Communes du Togo (FCT), constitue une plateforme pour l’appropriation des instruments et cadres juridiques en vue de faciliter l’accompagnement, mieux l’appui de la population dans la mise en œuvre de politiques publiques.

En effet, avant d’être un instrument d’évaluation, la reddition des comptes est aussi un instrument de concertation et peut prendre d’autres formes, selon le désir et la communication qui s’installent entre les parties concernées.

Gilson PARKOO, représentant le Président du CA de la CNSC

C’est en ce sens que l’objectif assigné par les organisateurs de cet atelier vise à améliorer auprès des populations, la compréhension des attributions des élu(e)s dans un contexte démocratique guidé par la séparation des pouvoirs et les principes de responsabilité.

La cérémonie d’ouverture, outre la présence du Maire de Golfe1 qui, en tant que représentant de la présidente de la Faitière des Communes du Togo a procédé au lancement officiel des travaux, le représentant de la présidente de la CNSC, le représentant résident Adjoint de la Konrad Adenauer Stiftung à Abidjan, l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Togo ont marqué de leur présence l’évènement.

Rappelant les instruments auxquels le Togo a adhéré, dans son allocution, notamment la déclaration de Paris sur l’efficacité de l’Aide en 2006, sa participation aux foras de Haut Niveau d’Accra en 2008, de Busan en 2011 et de Mexico en 2014, Koamy Gbloekpo Gomado, le représentant de la FCT, a réaffirmé l’engagement des autorités togolaises à renforcer l’efficacité, la coordination, la mobilisation et la gestion de l’aide au développement, ceci, afin d’en assurer la transparence, gage de l’ancrage de la démocratie. Avant de poursuivre, que ces mêmes dispositions doivent davantage s’enraciner dans la gestion quotidienne des territoires, ce qui justifie la tenue de cet atelier.    

Un avis partagé par l’Ambassadeur d’Allemagne au Togo, Mathias Veltin, qui a tenu à préciser le cadre de soutien de la coopération allemande : il s’agit d’un processus d’apprentissage entre les élus locaux et élus nationaux ainsi que la société civile. Avant de montrer toute sa satisfaction :

Ce qui m’encourage, c’est l’engagement que j’ai retrouvé partout avec les élus et les personnalités sur place qui veulent s’engager et qui ont aussi compris qu’une vie locale attractive intéressante est importante pour le développement de tout le pays. Il y a des progrès dans plusieurs secteurs qui concernent les questions techniques de l’administration, des erreurs aussi, des corrections…l’essentiel pour moi est qu’on cadre la perspective, la participation effective de la population.”

Pour le représentant résident Adjoint de la Konrad Adenauer Stiftung, Raphael Merz, c’est toujours bien de renforcer le dialogue, faisant référence « aux élus et aux responsabilités qui leur incombent, et que les élus doivent avoir à cœur l’intérêt général ou le mieux- être des populations et agir conséquemment à l’aune des principes démocratiques. C’est en cela que cet atelier sera utile dans la mesure où il permettra aux élus de faire les choses autrement et d’œuvrer un peu plus pour le bien-être de leurs populations.

Cet atelier vise en outre à améliorer la gouvernance de l’aide, en rendant accessibles les informations pour la bonne gestion de l’aide mondiale. En ce sens, les médias ont également un rôle majeur à jouer en facilitant la diffusion à l’échelle souhaité afin de garantir la traçabilité dans le temps pour un impact sociale plus accru.

Notons que cette activité s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Face au peuple », soutenue par le Programme Dialogue Politique en Afrique de l’Ouest de la KAS.

Yerima Amidatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *