La qualité “Made in France” reprend sa bonne place dans la consommation en Afrique de l’ouest

 La qualité “Made in France” reprend sa bonne place dans la consommation en Afrique de l’ouest

stamp with frame colored black and text Made in France

L’Oeil d’Afrique, le 28 Juillet 2022
+22890214293

Les années d’expérience gustative avec les produits importés autres que les produits frais locaux n’ont pas été satisfaisantes pour le consommateur africain. Les indicateurs de santé publique montrent une croissance exponentielle de crise sanitaire due aux produits peu ou mal élaborés ayant envahi le marché d’Afrique ces décennies récentes. De faux laits, de faux jambons, des fromages sortis des origines douteuses qui se sont montrés compétitifs en terme de prix face aux produits “Made in France” qui plutôt sont reconnus de bonnes factures. Il aura fallu une courte expérience des consommateurs pour qu’ils se ravisent.

Les parfums de base de molécules chimiques parfois toxiques ont fait développer chez le consommateur africain, des allergies sans précédent. A ce jour, la tendance est à la précaution dans le choix des produits de consommation sur le marché africain. Là-dessus, le “Made in France” est plus sûr, ont remarqué les jeunes consommateurs.

Cependant, les copies du “Made in France” ont très vite été élaborées pour saper le savoir faire français. Dans le cosmétique, le petit savon de Marseilles est copieusement trafiqué et les effets sur la santé publique se passent de commentaires.
Les coûts sont énormes pour le trésor public dans la mesure où la maladie provoquée par ces produits non homologués font saigner les systèmes d’assurance maladie…

Le moment de remettre la pendule à l’heure dans la mesure où les conséquences sont présentes dans l’opinion, le leadership de la qualité du “Made in France” est de retour en force. Toutefois, un travail de supervision des marchés des Africains doit être fait pour endiguer ce monstre qui tue les populations plus pauvres à travers des maladies liées aux produits frelatés et toxiques.

Notons que les produits locaux souffrent de rendement face à l’économie du marché sur lequel ces produits sont achalandés et les banques sont presque… et la maîtrise de la technologie reste aléatoire.
En attendant, la consommation locale naturelle reste la meilleure.

Ricardo Valens

L'OEIL D'AFRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *