Concilier les plans de développement économiques avec la croissance démographique en Afrique de l’Ouest La KAS regroupe des experts sur le sujet

 Concilier les plans de développement économiques avec la croissance démographique en Afrique de l’Ouest La KAS regroupe des experts sur le sujet

L’ŒIL D’AFRIQUE, le 15 Novembre 2021

+22890214293/92178279

« Il n’a de développement que d’hommes » dit-on souvent. Deuxième continent le plus peuplé au monde avec une population estimée à près de 1,308 milliard en 2019, l’Afrique peine encore à mettre à profit sa forte croissance démographique. Et comment parvenir à faire en sorte que la démographie galopante en Afrique pris globalement, et plus particulièrement l’Afrique de l’Ouest soit au service du développement, ce, en tenant compte de la formation professionnelle des populations afin de les impliquer dans les politiques de développement ? Il y a lieu de poser la question…

En effet, la relation couple (développement et démographie) est nécessaire pour asseoir une soutenabilité du développement par la démographie, et vice versa, pour asseoir un développement à visage humain, au profit des jeunes. Mais ce couple à la fois productif et inclusif devient un souci, dans la mesure où il faut des voies et moyens pour pouvoir le rendre effectif, d’autant plus que tout développement, lorsqu’il est inclusif, a plus de chance d’être durable. Plus encore, la croissance démographique étant un facteur favorisant la mise en marche des économies d’échelle, c’est-à-dire, plus les populations sont nombreuses et qu’il faut produire pour les satisfaire, moins le coût de production est élevé, constituerait un véritable atout lorsque la main d’œuvre qu’elle constituerait serait nantie d’une qualification certaine.

C’est dans le souci de trouver des approches qui rassurent et fédèrent les énergies en faveur d’un développement durable, que la Konrad Adenauer Stiftung, entame ce lundi 15 Novembre 2021 à Lomé, un atelier autour du thème : « démographie et développement économique en Afrique de l’Ouest ». Un cadre pour l’élaboration d’un plan de travail et de recherche qui réunit des experts de plusieurs nationalités et divers secteurs d’activité, afin d’étudier et dresser des stratégies de planification efficiente de la démographie en Afrique de l’Ouest pour le mettre au service du développement.

Bien vrai, l’Afrique de l’ouest connait une croissance démographique, et la plupart des pays disposent d’une population très jeune qui occupe 60 % de la population. Cette jeune population constituerait un avantage, si et seulement si, elle a une formation en adéquation avec les besoins exprimés par le marché, dans la mesure où il a été identifié que l’Afrique de l’ouest est marquée par une croissance économique, mais il ya nécessité de faire en sorte que ce développement tienne compte également des populations.

Cet atelier prévu pour trois jours, doit pouvoir déboucher sur un plaidoyer visant à faire de tous les citoyens, des agents producteurs, mais aussi à apaiser des foyers de pauvreté, étant attendu que, lorsque toutes les couches sociales sont prises en compte dans les programmes de développement, le sentiment d’en être le moteur incite les populations à soutenir le développement, et par la même occasion, aucun doute qu’il existerait un environnement de paix, la jeunesse aurait opté déverser leurs fougues de jeunesse dans le travail et le professionnalisme, un atout capital pour l’Afrique.

Aussi, l’impact démographie et développement est-il d’autant plus important que les grands ensembles régionaux se développent facilement économiquement.  

L’objectif de cet atelier, selon le Chargé de Programme du Programme Dialogue Politique en Afrique de l’Ouest, Golli Théodore, est de favoriser la mise en place d’un plan de développement démographique qui soit en phase avec la croissance économique, prenant en compte les populations.

Tel est le point d’ancrage des travaux, un cadre de réflexion synchronisée et de partage d’expérience que représente cette rencontre, ouverte ce 15 Novembre à Lomé, par le Directeur de Cabinet du Ministère de la planification du développement et de la coopération, Essohanam Edjeou, assisté de la Représentante résidente de la KAS, Stefanie Brinkel et de la Chargée d’affaires de l’Ambassade d’Allemagne au Togo Camilla Gendolla.

Apres donc la Guinée et la Côte d’Ivoire, le Togo a été choisi pour abriter l’édition 2021 de ce cadre de réflexion sur les enjeux, défis et perspectives du potentiel démographique africain.

YERIMA Amidatou

L'OEIL D'AFRIQUE