Célébration du 08 Mars: WIMAFRICA et ses partenaires construisent 120 fourneaux au profit des femmes fumeuses de poisson

 Célébration du 08 Mars: WIMAFRICA et ses partenaires construisent 120 fourneaux au profit des femmes fumeuses de poisson

L’OEIL D’AFRIQUE, le 09 Mars 2024
+22890214293 /92178279

Autour du thème de l’année, “Investir en faveur des femmes : accélérer le rythme”, l’édition 2024 de la Journée Internationale des Droits de la Femme a été célébrée par le Women In Maritime WIMAFRICA. La veille, le 7 mars 2024 à Lomé, le Ministere en charge de l’économie maritime, de la pêche et de la protection côtière a procédé à l’ouverture des travaux de la conférence débat marquant cette célébration, une activité initiée pour la cause par WIMAFRICA autour du thème retenu par les Nations Unies, ce thème qui met en lumière l’importance de l’égalité des genres, de l’autonomisation des femmes et des filles, et de leur droit à une vie plus saine.

Et justement parlant, le panel principal de discussion a été savamment élaboré incluant des personnages ayant la maîtrise de leur domaine d’activité, issus des institutions clés œuvrant dans les domaines à même de faciliter l’autonomisation de la Femme. Il s’agit de la CEDEAO, le Centre de formation de l’AGPAOC, de l’Ecobank, de First Digital Impact… sous la modération de Mme AGNALA-ALAGAN Akpén, Présidente de la Synergie des Femmes Cadres du Port Autonome de Lomé (SYFCAP). Un panel qui a su donner tout un sens à l’autonomisation de la Femme, indexant tout le processus à suivre pour bénéficier d’un accompagnement financier, parlant de l’esprit d’ouverture, de la nécessité d’un regroupement de femmes en une entité pour pouvoir convaincre les investisseurs et conquérir des marchés porteurs, la facilitation des discussions avec l’institution Panafricaine Ecobank et ses produits innovants, sans toutefois passer sous silence la modernisation, la technologie et la formation.


Pour l’organisatrice notamment WIMAFRICA, à travers sa Coordinatrice pays Mme Akata Chantal, il s’agit de contribuer à l’autonomisation économique et financière des femmes. En ce sens, Mme Akata estime que le thème choisi par les Nations Unies interpelle en terme de bilan du chemin parcouru et à apprécier les efforts réalisés par les femmes, a-t-elle précisé. Cette conférence débat a offert la possibilité à un échange de connaissance, d’opportunité et un partage d’expérience.

Dans son allocution d’ouverture, Edem Kokou Tengue, Ministre de l’économie numérique, de la pêche et de la protection côtière est revenu sur le fait que le Togo met la femme au centre du développement de l’économie nationale.


“Le choix de ce thème répond à la vision du Chef de l’Etat Togolais, son Excellence Gnassingbe Faure, qui fait de la promotion de l’équité genre, et de la promotion de la Femme et de l’emploi, une priorité pour la croissance et le développement social et économique de notre pays ” Edem Kokou Tengue.


Pour sa part, Barros Bacar Banjai, le représentant résident de la Cedeao au Togo, a débuté son allocution avec une assertion bien connue, attribuée au Dr James Emmanuel Kwegyir-Aggrey… “Si vous éduquez un homme, vous éduquez un individu, mais si vous éduquez une femme, vous éduquez une famille (une nation)” pour ainsi réaffirmer avec l’auteur l’importance de l’éducation des femmes et des jeunes filles et leur accès aux opportunités futures. Aussi a-t-il salué la contribution inestimable des femmes à la sauvegarde de la paix et au développement dans le monde, à la construction d’un avenir meilleur pour l’humanité.

La célébration de la JIDH 2024 a été également l’occasion pour WIMAFRICA de mobiliser des ressources en faveur de la construction de fourneaux aux femmes victimes d’érosion côtière dans la périphérie sud-est de Lomé, notamment au quartier historique Katanga. En tout 120 fourneaux en construction dont 100 offerts par la CEDEAO en guise accompagnement au gouvernement dans ses efforts, et 20 provenant de l’institution bancaire Ecobank.

Pour Mme Adanlete-Lawson Akuele Yevona, Présidente Continentale de WIMAFRICA, ce geste s’explique par le souci constant de recherche de stabilité économique pour la femme africaine en général, et la femme portuaire en particulier.

Mme Adanlete-Lawson Akuele Yevona, Présidente Continentale de WIMAFRICA


” Il y’a quelques mois, nos sœurs et nos mamans ont été victimes de l’érosion côtière. Et donc, face à cette situation, en tant que Présidente d’organisation des femmes maritimes des pays de l’Union Africaine, j’ai pris sur moi de mobiliser des fonds pour leur permettre de réaliser certains fourneaux. Et comme vous le savez, le thème de cette annéede la Journée Internationale des Droits de la Femme porte sur l’investissement en faveur de la Femme et l’acceleration du rythme, nous nous sommes évertuées à tout mettre en œuvre pour leur porter assistance. Leur donner l’outil nécessaire pour reprendre leurs activités. C’est ainsi qu’elles pourront devenir fortes et autonomes pour satisfaire la population togolaise et etrangere qui bénéficie de leurs produits, de leurs travaux. ” Mme Adanlete Lawson Akuele Yevona

L'OEIL D'AFRIQUE

Articles Connexes

Laisser un commentaire