Acclimatation de la production de pomme de terre au TOGO

 Acclimatation de la production de pomme de terre au TOGO

L’occasion a été donnée aux membres de la faitière UONGTO de mettre tour à tour, en terre, les tubercules de pomme de terre

L’ONG AREJ en implémentation à Poissongui

L’ŒIL D’AFRIQUE, LE 21 DECEMBRE 2021

+22890214293/92178279

La production de pomme de terre bio au Togo est bien possible. C’est à POISSONGUI, un canton de la région des savanes situé au nord-ouest du Togo, d’où sortira d’ici peu la première récolte de pommes de terre bio. La nouvelle a été portée à votre journal, lors de l’atelier de capitalisation et de mutualisation sur la mobilisation des ressources locales et des AGR pour leur autofinancement, rencontre organisée par l’Union des Organisations Non Gouvernementales du Togo (UONGTO), la faitière des ONG, à l’endroit de ses membres, les 24 et 25 Novembre 2021, et en marge de laquelle, une visite de terrain a été menée.

Le Président de l’UONGTO, Francis Komi AKPA, arrosant les premières mises en terre de tubercules de patates

Sur le site réservé à l’implémentation de la culture de la pomme de terre bio, un nouveau centre de production agricole, une université agro écologique en devenir, nouvellement bâtie l’équipe a pu apprécier les   expertises   de production par l’acclimatation de la pomme de terre, une initiative de l’ONG AREJ dont le Directeur Exécutif, NAMETOUGLI Jacques.    

Il faut dire qu’au Togo, la demande de consommation locale de la pomme de terre est importante, alors qu’au même moment, l’offre sur le marché est quasi inexistante. Et cette demande sans cesse croissante oblige le plus souvent à l’importation afin de satisfaire les consommateurs.

La technique d’acclimatation de la pomme de terre parait une solution malgré des conditions pédologiques et la diversité des conditions climatiques dans la région du nord-ouest du TOGO, solution que propose la ferme AREJ en réponse à ce sérieux besoin exprimé par le marché.

Pour l’initiateur de ce procédé en implémentation à Poissongui, cette méthode porte à valoriser la culture de la pomme de terre, et répond par la même occasion, à la nécessité de mettre au profit la diversité du climat et les terres encore considérées comme infertiles, ce, grâce à l’expertise du projet pour le développement agroécologique mis en œuvre par AREJ.

Les partenariats publics et privés, partenaires financiers et autres bailleurs de fonds, se voient ainsi soumis à l’engagement de repositionner le secteur de la production de la pomme de terre locale au rang des secteurs rentables et porteurs d’une économie diversifiée au Togo.

Il ya lieu de croire, au vu des efforts d’adaptation pour améliorer les conditions matérielles et de fertilisation des sols pour aboutir à l’essor de l’agroécologique dans la localité, que les journées de capitalisation et de mutualisation des ressources organisées par l’UONGTO aient favorisé effectivement un partage de compétence, dans le domaine de développement, une occasion de découverte par ses membres de la dynamique d’action de l’UONGTO dans le cycle de croissance des ONG

Et pour les responsables de l’UONGTO, c’est un cycle de développement harmonieux dans lequel s’engage la faitière des ONG au Togo, pour faciliter plus encore la perpétuation de la connaissance, en mettant les acteurs ainés en relation avec les cadets pour le partage des expertises de leurs années d’expériences. La rencontre de Cinkasse s’inscrit dans cette droite ligne et donne les bases d’une nouvelle approche afin de vitaliser le transfert de compétence dans la durée.

Eva, Kpédiakpo & Tolissa

L'OEIL D'AFRIQUE